31-01-2018

La prévention des inondations : une mobilisation de tous les acteurs à l’échelle du bassin

L’important épisode de crue que connait actuellement le bassin de la Seine a de lourdes conséquences pour de nombreux riverains des fleuves comme pour certaines activités économiques.

Ces inondations ont de multiples causes, au premier rang desquelles les conditions météorologiques. Ainsi, sur les aires d’alimentation des captages exploitées par Eau de Paris, il est tombé l’équivalent de 4 mois de pluie sur les seuls mois de décembre 2017 et janvier 2018. Les grands lacs réservoirs de la Seine sont quasiment remplis, les sols sont engorgés et par endroit, sont observées des remontées de nappes. Les experts sont unanimes pour considérer que le changement climatique en cours pourrait conduire à rendre plus fréquents ces épisodes extrêmes.

Mais l’ampleur des crues est également très dépendante de la vulnérabilité des territoires et de nombreux facteurs concourent à accentuer l’impact de ces épisodes climatiques majeurs. Ainsi, l’imperméabilisation des sols favorisant le ruissellement et l’urbanisation de secteurs potentiellement  inondables ou présentant des zones humides exposent les populations et les activités de ces territoires.  En milieu rural, l’évolution historique des exploitations a pu accentuer les phénomènes de ruissellement des sols agricoles mais il est également avéré que les milieux agricoles et naturels jouent un rôle essentiel de zones d’expansion des crues et de tampon hydraulique. 

Pour faire face à la plus forte récurrence de ces situations d’inondation et au dérèglement climatique, il est ainsi indispensable de mobiliser tous les acteurs dans l’objectif commun de ralentir les écoulements en amont, comme en aval, à l’échelle de chaque bassin versant. C’est ainsi que depuis de nombreuses années, Eau de Paris se mobilise pour : 

  • Préserver et redéployer des zones naturelles d’expansion des crues (exemple du projet de réalimentation d’une zone naturelle d’expansion des crues à partir du canal des ormes)
  • Limiter l’artificialisation et l’imperméabilisation des surfaces (en milieu urbain mais aussi en favorisant le maintien de l’activité agricole) 
  • Accompagner les agriculteurs vers une agriculture durable et multifonctionnelle : préserver l’élevage extensif, réimplanter des dispositifs tampon pour filtrer les eaux et ralentir leur écoulement, favoriser la couverture des sols pour limiter les sols nus en hiver…

Les agriculteurs engagés aux côtés d’Eau de Paris pour protéger la qualité de l’eau contribuent ainsi de manière remarquable à une meilleure gestion des inondations et Eau de Paris continuera à appuyer leur engagement et leur mobilisation collective en ce sens.

Les solutions durables sont à examiner globalement à l’échelle du bassin versant. C’est pourquoi Eau de Paris s’engage quotidiennement, avec les représentants du monde rural et tous les acteurs du bassin, pour mettre en œuvre la Stratégie d’adaptation au changement climatique adoptée en 2017.

Haut de page