15-11-2018

Eau de Paris acquiert 81 hectares de parcelles pour développer l’agriculture durable sur l’aire d’alimentation des sources de la Vigne (28)

La seconde séquence des Assises de l’eau, consacrée aux défis de la gestion durable de la ressource, est l’occasion pour Eau de Paris de témoigner de son engagement en faveur de la transition écologique des territoires. Eau de Paris vient ainsi d’acquérir 81 hectares sur les communes de Rueil-la-Gadelière et Beauche (Aire d’alimentation des captages de la Vigne,en Eure-et-Loir), assurant le maintien des exploitants agricoles et leur conversion à l’agriculture biologique via un bail rural environnemental. Une illustration concrète de la stratégie de protection de la ressource de la régie, partagée avec les partenaires du territoire lors du séminaire de Fontainebleau organisé en mai dernier avec l’agence de l’eau Seine Normandie sur le thème « Eau et agriculture : des enjeux partagés ».  

 

Les acquisitions foncières pour soutenir une agriculture durable

Parmi les leviers identifiés dans les actions de protection de la ressource en eau, Eau de Paris porte des projets d’acquisition foncière sur les zones vulnérables, toujours avec l’engagement de maintenir une activité agricole durable via des baux ruraux environnementaux. Ce système permet d’assurer une pérennité sur les changements obtenus, sur le très long terme. En octobre dernier, Eau de Paris a finalisé l’acquisition d’un ensemble de 81 hectares sur les communes de Rueil-la- Gadelière et Beauche (28) situés à proximité immédiate des sources de la Vigne. L’opération, conduite en collaboration avec la SAFER (Société d’aménagement foncier et d’établissement rural) du Centre, assure le maintien des exploitants agricoles et leur conversion à l’agriculture biologique (AB).

"Cette évolution des pratiques agricoles permet de protéger de manière efficace et durable la ressource en eau et de participer à la dynamique territoriale engagée par notre entreprise publique" souligne Célia Blauel, Présidente d’Eau de Paris.

Cette conversion à l’agriculture biologique  dans  un  secteur où seuls 2,9% de la surface agricole utile sont en biologique représentera une référence technique et économique intéressante au niveau local pour les exploitants qui souhaiteraient  s’engager  également  dans  une   démarche  de conversion. Au niveau de la qualité de l’eau, l’acquisition des parcelles et les nouvelles pratiques agricoles mises en place favoriseront la réduction de la teneur en nitrates et en pesticides sur le long-terme et participeront à la protection d’autres captages alimentant les communes de Verneuil d’Avre et d’Iton, Bâlines, Courteilles, L’Hosmes et Piseux dans l’Eure et Rueil-la-Gadelière en Eure-et-Loir.

Dans le cadre de sa stratégie de protection de la ressource en eau, Eau de Paris a acquis plus de 570 hectares de terres agricoles. Presque 470 hectares sont mis à disposition de 26 agriculteurs en échange de la mise en place de pratiques culturales favorables à la qualité de l’eau.

 

Une politique de protection de la ressource ambitieuse

 

La qualité des ressources est aujourd’hui affectée par les activités humaines qui nécessitent d’importants traitements pour distribuer une eau potable de qualité. Le défi est immense : 68% des eaux du bassin Seine-Normandie sont concernées par la problématique des pesticides et 30% par les nitrates.

Pour fournir une eau de qualité irréprochable, Eau de Paris mise avant tout sur la prévention des pollutions en amont, qui permet de limiter au maximum les traitements et donc de maîtriser leur coût et leur  impact  environnemental, tout en contribuant à léguer aux générations futures une eau de meilleure qualité. L’entreprise développe notamment depuis plusieurs années une politique d’accompagnement vers des pratiques agricoles durables sur les 240 000 ha de ses captages.

Concrètement, 5 animateurs mettent en réseau les agriculteurs et accompagnent techniquement ces évolutions de pratiques, en partenariat avec les Chambres d’agriculture. Pour encourager leur évolution vers de nouveaux systèmes agricoles, des aides financières sont proposées aux agriculteurs. Par ailleurs, Eau de Paris contribue à la structuration de filières durables pour les cultures économes en intrants, en travaillant avec les coopératives du territoire et en mettant en relation  les agriculteurs avec les consommateurs locaux, ou avec la restauration collective. Une stratégie qui a été partagée avec l’ensemble des acteurs du territoire lors du séminaire organisé à Fontainebleau avec l’agence de l’eau Seine Normandie.

Haut de page