21-05-2019

Réservoir de Montsouris : le buzzz du printemps

Avec l’arrivée des beaux jours, la flore parisienne reprend de ses couleurs, et se pare peu à peu de ses plus beaux atours. Et pour l’y aider, Eau de Paris fait appel à des partenaires un peu particulières…

 

Ça y est, elles ont enfin emménagé dans leurs nouveaux logements ! Les 18 et 22 avril, plusieurs colonies d’abeilles domestiques ont investi les 4 ruches présentes sur le site du Réservoir d’eau potable de Montsouris (14ème arr.)

L’objectif ? Favoriser la pollinisation au cœur d’un environnement urbain dense, et s’appuyer sur l’abeille comme vecteur de sensibilisation et d’éducation à l’environnement et aux pollinisateurs sauvages et domestiques.

 

Ruche Hour

 « Installer des ruches sur nos sites situés au cœur de Paris est une belle opportunité pour éduquer au rôle des pollinisateurs, et pour sensibiliser aux menaces qui pèsent aujourd’hui sur la biodiversité tout en renforçant la place de la nature en ville. Nous avons recherché une emprise favorable à l’accueil d’un rucher, en tenant compte des enjeux sécuritaires, sanitaires et écologiques propres à nos différents sites parisiens. Dans ce cadre-là, nous nous sommes intéressés au Réservoir de Montsouris », explique Bertille Vanwalleghem qui suit le projet pour Eau de Paris depuis ses prémices.

Le site de Montsouris « fait l’objet de mesures strictes en matière d’autorisation d’accès et de gestion des flux de personnels », indique Richard Horaist, Responsable Sûreté à Eau de Paris. C’est pourquoi il a été choisi de mettre à disposition une parcelle enherbée de 140 m² enclavée et indépendante du stockage de l’eau. Le petit plus ? Les apiculteurs disposeront d’un accès dédié à la parcelle, pour y venir en toute autonomie.

 

Bee happy

En 2017, après un travail de recherche, la Société Centrale d’Apiculture (SCA), dont la mission est l’enseignement de l’apiculture, la sensibilisation au monde de l’abeille, des pollinisateurs et à la protection de leur environnement, forte de près de 700 adhérents et reconnue d’utilité publique depuis mars 1900, est choisie pour assurer les missions d’exploitation du rucher et de sensibilisation des publics. « Nous ne pouvions qu’espérer une collaboration fructueuse avec Eau de Paris, au vu de sa réputation d’opérateur clé de la transition écologique. Nous n’avons pas été déçu ! », se félicite Gérard Souplet, membre du Conseil d’Administration de la SCA.  

« Les abeilles vont chercher leur nourriture à une certaine distance de la ruche et principalement dans les arbres mellifères, comme le marronnier, l’érable, le tilleul ou encore le robinier faux acacia. Ça tombe bien, le quartier de Montsouris en possède quelques beaux spécimens !», continue-t-il.

 

Et ensuite ?

Dès la rentrée 2018/2019, deux écoles parisiennes du 13ème et du 14ème arrondissement ont vu intégrer dans leur programme plusieurs activités autour de la place de l’eau et la nature en ville.  Ainsi, après avoir décoré les ruches le 20 avril dernier, les enfants ont pu visiter le Pavillon de la Porte d’Arcueil, pour découvrir l’arrivée des eaux de l’aqueduc du Loing, avant de se rendre au Pavillon de l’Eau, afin de tout savoir de son trajet, de la source jusqu’au robinet.

Enfin début mai, les enfants auront droit à plusieurs interventions pédagogiques en classe sur le rôle indispensable de l’abeille pour l’environnement, ainsi qu’une visite du rucher de Montsouris pour l’école Alésia et du rucher pédagogique du parc George Brassens pour l’école Primo Levi.

 

                                                   Ruches décorées par une classe de l’école Alésia.

Haut de page