Eau non potable, eau d'avenir

 

Du 11 septembre 2015 au 16 avril 2016, Eau de Paris présente au Pavillon de l’eau « Eau non potable, eau d’avenir ». A l’heure où la transition écologique devient une réalité, venez découvrir en quoi l’eau non potable constitue une ressource des plus intéressantes pour construire la ville durable de demain.

Alors que la France se prépare à accueillir la 21e Conférence internationale du Climat (Cop 21), qui se tiendra à Paris-Le Bourget du 30 novembre au 11 décembre prochain, Eau de Paris réaffirme son engagement pour le climat en présentant au Pavillon de l'eau l’exposition « Eau non potable, eau d’avenir ».

Peu de Parisiens le savent, mais le sous-sol de la capitale abrite un réseau d’eau non potable distinct de celui d’eau potable, et ce depuis la fin du XIXe siècle. Tant écologique qu’économique, cette eau permet de nettoyer les caniveaux et d'arroser certains parcs et jardins de la ville. Elle est aussi parfaitement adaptée aux usages urbains et industriels. C’est la raison pour laquelle le Conseil de Paris a décidé en mars 2012 du maintien de ce réseau et a confié à Eau de Paris la mission d’assurer sa rénovation et de redéployer ses usages.

     


SOUS LES PAVÉS PARISIENS, UN RÉSEAU MÉCONNU ET PLEIN D'AVENIR

L’exposition « Eau non potable, eau d’avenir » vous propose tout d’abord d’en apprendre davantage sur l’histoire du réseau d’eau non potable parisien. Pourquoi avoir opté pour un double réseau d’eau – eau potable et eau non potable – à Paris ? Qui en a été l’instigateur ? D’où vient l’eau qui alimente ce réseau ? Pour quels usages ? L’exposition répond à toutes ces questions et à bien d’autres encore.

En parcourant l’exposition, vous pourrez également en savoir plus sur l’ensemble des infrastructures qui composent aujourd’hui le réseau d’eau non potable parisien : 3 usines de production, 8 ouvrages de stockage (7 réservoirs et 1 château d’eau) dont certains façonnent depuis des décennies  le paysage de la ville (citons par exemple les réservoirs de Passy ou de Montmartre, situés dans les 16e et 18e arrondissements), 1 700 kilomètres de canalisations souterraines… Ces équipements couvrent la presque totalité du territoire parisien et constituent un remarquable potentiel pour le développement de la ville de demain.

De nos jours, l’eau non potable sert principalement à rendre la ville plus propre, plus saine et plus verte. Mais ce réseau offre aujourd’hui d’intéressantes perspectives de développement. Face à la nécessité d’adapter nos modes de consommation et de devenir un véritable acteur de la transition écologique et énergétique, Eau de Paris mène ainsi un certain nombre d’expérimentations en vue de développer de nouveaux usages. L'eau non potable peut par exemple devenir une énergie alternative et locale pour le fonctionnement de systèmes de chauffage et de climatisation des bâtiments, ou encore être utilisée pour rafraîchir la ville et contribuer ainsi à lutter contre les îlots de chaleur urbains.