23-02-2016

Eau de Paris réaffirme son attachement à "L’eau, bien public" à l’occasion de la Journée mondiale de l’eau

Mardi 22 mars, l'entreprise publique Eau de Paris organisait au Pavillon de l’eau une conférence-débat sur le thème de " l’eau, bien public".

La soirée, présidée par Célia Blauel, Présidente d’Eau de Paris et adjointe à la Maire de Paris chargée de l’eau, a réuni Maude Barlow, Présidente du conseil des Canadiens et initiatrice du projet des « Communautés Bleues », Sylvain Tanguy, Vice-Président de la Communauté d’Agglomération Cœur d’Essonne en charge de l’eau et de l’assainissement et Julie Morineau, réalisatrice du projet le « monde enchanté de l’eau embouteillée » (http://www.lemeeb.net).

La Présidente d’Eau de Paris a retracé les enjeux de la remunicipalisation du service de l’eau à Paris en 2010, soulignant l’intérêt de la gestion publique de l’eau pour les citoyens.

Maude Barlow a expliqué le mouvement des Communautés Bleues, qui promeut le droit à l’eau pour tous, sensibilise l’opinion et les collectivités à la défense des services publics de l’eau et vise à supprimer la consommation d’eau en bouteille. La veille, au cours d’un point presse, Célia Blauel avait annoncé l’engagement la Ville de Paris dans ce mouvement. En quelques heures, cette annonce avait d’ailleurs suscité de nombreuses réactions de grandes métropoles mondiales - Johannesbourg, Lima, Jakarta, Phnom Penh - décidées à s’engager dans le mouvement.

La soirée s’est poursuivie avec l’intervention de Sylvain Tanguy, qui a exposé la situation de la Communauté d’Agglomération Cœur d’Essonne, dont il est le Vice-Président en charge de l’eau et de l’assainissement. Depuis 2001, le Val d’Orge s’est engagé en faveur de l’eau municipale avec, en 2006 une harmonisation des contrats couvrant l’approvisionnement en eau des 136 000 habitants. 2017 constituera un nouveau temps-fort de la gestion publique.

Julie Morineau a présenté le travail qu’elle a réalisé sur le monde de l’eau embouteillée depuis sa naissance au milieu du XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui tout en mettant en lumière les incohérences et les méfaits de l’embouteillement de l’eau et des conflits d’intérêts qui y sont liés.

Véritable succès, cette soirée a été l’occasion d’échanges nourris entre la salle et les intervenants, autour de la gestion publique, de la promotion et de la valorisation de l’eau du robinet et de la préservation de ce bien essentiel.

Haut de page