REMUNICIPALISATION DU SERVICE DE L’EAU

Le choix du retour en régie était à la fois une décision politique, annoncée publiquement par Bertrand Delanoë dès la campagne électorale des municipales de 2008 - l’eau, bien essentiel, doit être géré par la puissance publique - et une décision de bonne gestion. Il permet aujourd’hui de réaliser d’importantes économies tout en maintenant une efficacité de service, un niveau d’investissement et une exigence forte en matière de qualité sanitaire.

La réforme du service public de l’eau à Paris mise en place en janvier 2010 peut être réversible si le Conseil de Paris en décide. Le Maire d’une collectivité peut toujours choisir soit de déléguer son service soit de l’assurer en gestion directe. Mais celui ou celle qui ferait un tel choix devra l’annoncer et le justifier auprès des Parisiens. Il est également peu probable, qu’à la suite de l’ensemble des moyens mis en œuvre pour assurer cette réforme, une telle décision soit prise.

Sur la facture d'eau :

Les gains annuels générés par le passage en gestion publique ont été estimés à 35 millions d’euros. Ils proviennent essentiellement de la récupération des bénéfices liée à l’absence de rémunération des actionnaires en régie et d’une exploitation du service optimisée avec, à qualité égale, des coûts d’entretien du réseau, de facturation et de la relation clientèle nettement moindres que ceux pratiqués précédemment. Le reste des gains s’explique par une fiscalité plus avantageuse pour les établissements publics que les sociétés de droit commercial.

Sur la qualité de l'eau :

L’un des objectifs de la réforme était de rationaliser l’exploitation, simplifier l’organisation du service, et clarifier les compétences et les responsabilités tout au long de la chaîne de l’eau. Par conséquent, la mise en place de cet opérateur public unique garantit aujourd’hui un meilleur suivi de la qualité de l’eau.

En mars 2011, un an après la réforme du service public de l’eau à Paris, le maire de Paris a donc souhaité que les usagers de l’eau puissent bénéficier de la gestion rigoureuse directement et rapidement par l’effet d’une baisse de prix de l’eau potable de 8%. Cette baisse de 8% de la part eau potable en 2011 permet à Eau de Paris de restituer aux usagers parisiens 76 millions d’euros d’ici à la fin 2015. Le prix de l’eau potable à Paris est inférieur à la moyenne nationale et se situe à ce jour désormais à 0,9892€ HT/m3.

Sur les investissements :

La diminution du prix de l’eau potable ne remet pas en cause la politique d’investissement d’Eau de Paris, qui représente environ 70 M€ par an et qui permettra une gestion patrimoniale ambitieuse sur le long terme.

La régie municipale créée le 1er janvier 2010 gère elle-même l’ensemble du service depuis cette date, de la production à la facturation en passant par la distribution. Eau de Paris a bien repris en propre l’ensemble des activités (et effectifs associés) de trois entités qui lui préexistaient.

Naturellement, comme toute entreprise publique ou privée, ou comme toute collectivité, Eau de Paris sous-traite certaines missions, notamment en matière de travaux ou de services spécifiques.